Témoignage sur l’Allaitement: Ludivine

bébé qui téteLorsque ma fille aînée est venue au monde, l'allaitement a été une évidence pour nous deux. Sans m'être plus préparée que ça, j'ai su naturellement donner ce que j'avais de mieux pour mon bébé : mon instinct, comme une continuité de sa vie in utero.

J'ai par contre découvert peu à peu la réalité, une totale méconnaissance, une incohérence sur la progression des bébés allaités, concurrencés par les bébés nourris au biberon.

Alors, j'ai cherché des solutions pour faire connaître l'allaitement, la joie d'allaiter, l'enrichissement qu'on tire de cette relation avec son enfant. Une relation qui n'est pas seulement nourricière, mais aussi affective, émotionnelle, relationnelle, et même éducative.

J'ai commencé par me tourner vers le lactarium*. J'ai donné mon lait, et j'ai appris à connaître mon corps, capable de fournir cette précieuse nourriture qui ira sauver des petits bébés nés trop tôt.

Puis, j'ai repris le travail, et l'allaitement de ma fille s'est poursuivi, grâce à de longues heures de tête à tête avec mon tire-lait. Travaillant dans une grande entreprise, j'ai noué des amitiés avec d'autres mamans, que j'ai pu accompagner sur le chemin du « tire-allaitement ».

Je me suis aussi investie sur un forum d'échanges entre mamans, le Club des Tétouilleurs, un bel exemple de solidarité entre mères, qui se relaient pour soutenir celles qui perdent pied quand l'allaitement dérape, trop souvent à cause d'un entourage mal renseigné.

grande-tetee-2008Et puis, j'en suis venue au terrain, je me suis engagée à organiser La Grande Tétée, dans la ville de Grenoble. Cette manifestation (la 3è édition) qui a eu lieu en ouverture de la Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel, le 11 octobre 2008, a pour vocation de transmettre toute l'information disponible sur le sujet de l'allaitement. C'est aussi l'occasion de montrer quel est le vrai visage de l'allaitement en France aujourd'hui, avec une photo souvenir des mamans et de leur petit au sein. Nous étions trente-deux à Grenoble !

Grâce à cette dernière démarche, je me suis rapprochée des Marraines de Lait, que je connaissais de nom. L'idée d'accompagner une future maman sur son chemin lacté m'a séduite. Il n'y a pas de prétention médicale ou technique. Une marraine est simplement là pour soutenir, encourager, conseiller sa filleule dans sa relation avec son bébé.
A mon sens, il est primordial de s'entourer de personnes convaincues des bienfaits de l'allaitement, ayant une expérience épanouie, des personnes objectives face aux différentes situations rencontrées.

J'aime cette idée de rencontre, d'entraide, de solidarité. Il faut reconstituer le réseau de soutien qui existait au sein des familles et qui s'est perdu !

*Lactarium Rhône Alpes au CHU de Grenoble: 04.76.42.51.45

Retour au page de temoignages.