Témoignage sur l’Allaitement: Emilie

complicite après la tétéeAvant d’être enceinte, je ne pensais pas allaiter : je trouvais cela un peu « animal » et pas très « moderne ». Et puis je suis tombée enceinte de Charlotte, et là au fur et à mesure que mon ventre s’arrondissait, l’allaitement m’est apparu comme une évidence : envie de créer un lien fort avec mon enfant, envie de lui donner le meilleur, en fait envie de devenir une « mère nourricière ».

Un soir de juillet, Charlotte est née. Les premiers jours à la maternité tout se passait bien, le personnel était là pour m’aider, mais rentrée à la maison, seule avec mon bébé, l’allaitement s’est avéré moins simple. J’ai la chance d’avoir un mari aimant qui m’a toujours encouragé et soutenu, mais là j’avais besoin de quelqu’un qui sache comment mener à bien l’allaitement.

C’est ma sage-femme qui m’a conseillé de prendre contact avec l’association « les marraines de lait ». On m’a alors attribué une merveilleuse marraine : à l’écoute, attentive, très disponible, avec toujours une petite attention, elle m’a montré des gestes, m’a donné des conseils, je me suis sentie soutenue, elle m’a donné confiance en moi, tout cela m’a vraiment aidé. Sans elle, c’est sûr, j’aurais arrêté. Car ma fille pleurait beaucoup même pendant les tétées.

Alors dans un environnement où l’allaitement n’est pas très connu ni même reconnu on se demande toujours si le problème ce n’est pas nous, en d’autre terme si on ne manque pas de lait… C’est là que l’on a vraiment besoin de personnes-ressources comme les marraines de lait !

Aujourd’hui on a diagnostiqué un reflux à ma fille pour lequel elle est traitée. Elle a 6 mois et ne pleure plus du tout ! Toutes les tétées sont des moments magiques d’échanges, de regards, de caresses … Moi qui m’étais donné comme objectif d’allaiter jusqu’à ses 6 mois, maintenant que nous y sommes, je n’imagine pas du tout arrêter !!

Emilie, maman de la petite Charlotte et filleule de Kelly

Retour au page de temoignages.